Le budget

Quand on lit “Tour du monde”, on pense tout de suite “Argent”.

À la base, je voulais (Terence) partir à la roots, en mode “quam minimum credula posteroet enchaîner des petits boulots où l’occasion se présenterait pendant le voyage. Mais…c’était oublier que je ne suis pas seul ! En couple, les choses sont souvent plus compliquées, il est nécessaire de faire des concessions. Sehriban préférant miser sur l’assurance d’unminimum vital”, nous avons donc repoussé le voyage de 2 années afin d’économiser et de préparer correctement cette aventure.

Aujourd’hui, je trouve que c’était plutôt avisé de procéder ainsi.

Cette somme a été pensée de plusieurs façons, à la fois en nous disant que “si ça tourne mal, nous pourrons utiliser de l’argent pour nous aider”, mais aussi que “si l’on n’utilise pas cet argent, il nous sera utile pour le retour.”

Dans tous les cas, lors de notre périple, l’argent ne sera utilisé qu’en cas de réelle nécessité, chaque centime dépensé devra être réfléchi et réellement utile. Cela inclut donc d’être capable de s’exempter du confort habituel dont nous bénéficions en France, exit donc les hôtels, repas de luxe à 20 euros par personne dans un restaurant, et tout ce que nous nous accordions habituellement !

Depuis 2016, nous économisons donc quelques centaines d’euros par mois, voire certains mois 1000 euros. C’est ainsi que nous avons donc réussi à réunir (en tout cas au moment du départ) une somme avoisinant les 18 000 euros, une somme à laquelle sera soustrait l’achat du matériel, des vaccins, et de l’administratif.

Voici ce à quoi servira cet argent dans un premier temps : l’achat de l’équipement.

Concernant l’ultrabook qui servira à la rédaction des articles, nous en avons récupéré un, ainsi que l’appareil photo qui sera finalement notre Samsung Galaxy S7, la qualité des photos étant largement satisfaisante.

À ce montant, s’ajoute celui des visas. Concernant la liste des pays, elle n’est bien évidemment pas du tout exhaustive et sujette à changement. Ceci étant pour vous donner une idée globale dans le budget.

Mais ce “minimum vital” inclut forcément une dépense journalière incluant la nourriture. Nous sommes partis sur une base de 2,66€ par repas et par personne, soit une somme quotidienne de 16 euros pour deux. À la nourriture, s’ajoute également l’assurance, qui couvre les maladies, bobos, rapatriements, etc. avec une prise en charge totale. Le calcul suivant est réalisé pour un voyage de 3 ans.

Ajoutons maintenant les prix des transports “obligatoires”. Nous ferons tout notre possible pour traverser en “bateau-stop” les zones obligatoires mais il se peut que nous n’arrivions pas à la bonne saison pour une traversée, et attendre 6 mois sur place semblerait compromis. Nous avons donc ajouté un budget “Avion” pour nous assurer les traversées tracées sur notre carte. Le voici :

Pour finir, les vaccins ont aussi un coût, et pas des moindres : un total de 386€ pour deux, incluant :

  • Fièvre jaune
  • Encéphalite japonaise
  • Hépatite A
  • Typhoïde

Récapitulatif des dépenses totales :

Il nous reste donc dans notre budget, si nous partions sur une base de 3 ans à utiliser CHAQUE jour le budget nourriture et celui du transport dans son intégralité, 15 630€ à économiser. Chose que nous ferions sur place, en Australie par exemple, en travaillant dans des fermes dans le cadre d’un PVT.

Mais ce budget reste tout à fait hypothétique, du moins concernant le transport et l’alimentation, car nous allons quotidiennement nous démener pour nous exempter de ces dépenses, en rencontrant des gens, en apportant notre aide contre le gîte ou le couvert, en participant à des missions de WWOOFING, d’HelpX, de chantiers participatifs, et en cherchant par tous nos moyens à se faire embarquer sur un voilier pour traverser les mers.