La cuisine tchèque est principalement à base de porc, chou et féculent : un ordinaire que les Tchèques ont affectueusement surnommé Vepřo-knedlo-zelo (mot-à-mot: porc-quenelle-chou) à la manière du metro-boulot-dodo parisien. Mais cette dernière ne s’arrête pas là…

Une improbable découverte pour nous : La carpe.

En France, la pêche à la carpe est très répandue, mais c’est un loisir, et cette dernière bénéficie toujours d’une “remise à l’eau”, elle n’est que très rarement consommée, étant considérée comme un poisson fade, progressant dans des milieux vaseux. Ici en Tchéquie, que nenni. C’est un met de choix et très répandu à table.

(Note : Quand j’ai expliqué qu’en France, mon frère péchait la carpe pour la remettre à l’eau pour le plaisir, les yeux se sont écarquillés, ici, c’est impensable.)

Les carpes de Třeboň ou de Blatná sont renommées dans tout le pays. Il y a en plus un grand nombre de manières de les préparer – carpe farcie, carpe à la mode des pêcheurs de Blatná, carpe « au noir », « au bleu » ou carpe « jordán ». Il s’agit là d’une recette où l’on cuit la carpe à l’étouffée avec du vin rouge. Une autre spécialité locale sont les frites de carpe. On découpe les filets de carpe en frites, on les assaisonne et puis on les roule dans de la farine avec un peu de paprika et un peu de fécule pour ensuite les cuire dans de la friture. Il s’agit d’un plat vraiment atypique mais délicieux, souvent accompagné de pommes de terres cuites au four.

La carpe panée, une agréable découverte !

Nous avons experimenté un plat typique : Le goulash et ses knedliky. Le goulash est un plat traditionnel venant de Hongrie (“gulyás leves” signifiant soupe de berger). Il en existe plusieurs variantes, dont au moins deux d’entre elles sont des spécialités très répandues en République Tchèques: le goulash segedinsky qui se mange avec de la choucroute et encore le goulash hongrois qui est accompagné lui de knedliky. (Ce sont des boulettes de farine bouillie, natures ou faîtes aussi souvent avec des pommes de terre. Elles accompagnent parfaitement toutes les sauces tchèques ainsi que beaucoup de plats de viande tel que le goulash.) La viande qui compose le goulash peut être du veau, du porc, du cheval, de l’agneau, du mouton, mais c’est en général du boeuf. Plusieurs de ces viandes peuvent être associées. Il peut aussi être servi avec des pâtes ou du riz.

Porc, sauce à l’aneth et Knedliky
Porc, pommes de terres et knedliky dans une sauce au vin

Les soupes représentent un chapitre incontestablement important dans la gastronomie traditionnelle tchèque. De la soupe à l’ail au bouillon, les soupes tchèques sont extrêmement délicieuses et représentent l’entrée incontournable. (On ne vous la propose même pas dans les restaurants de village, on vous l’impose !)

L’entrée obligatoire : La soupe

Le Babovka, il s’agit d’une brioche à pâte levée, dont l’apparence est caractéristique en raison de son moule, qui lui donne une forme haute, cannelée et creusée en son milieu. Plus communément appelé “Kouglof” chez nous, il peut être sucré, avec des raisins secs imbibés de rhum ou de kirsch et des amandes, ou salé, avec des lardons et des noix. Ici c’est un babovka aux noix.

Le délicieux Babovka aux noix

Le trdelník (aussi connu sous le nom de trdelník de Skalica) est une pâtisserie traditionnelle sucrée originaire de la ville de Skalica en Slovaquie. Il est à base de pâte de farine enroulée autour d’une brochette en bois, puis grillé à la braise et recouvert de sucre et de noisettes pilées. Il en résulte une forme cylindrique caractéristique cuite et dorée à l’extérieur et creuse et pâle à l’intérieur, avec un goût fumé et aromatisé à la cannelle. C’est absolument exquis et on pourrait en manger sans s’arrêter…dangereux pour moi donc !

Nous avons été invités par nos hotes à en confectionner de A à Z dans le petit village de Němčičky.

Préparation des traditionnels Trdlo (ou Trdelník) tchèques !
Les Trdlos ne se cuisent qu’au feu et en tournant la broche, tradition oblige !

Autant dire qu’en République tchèque : On mange BIEN !

Author

2 Comments

  1. Hervé GROOS Reply

    Je confirme il y aura bien un dictionnaire culinaire …. n’oubliez pas les recettes….

  2. On dit que les français sont les rois de la cuisine , qui tient une place primordiale dans nos pensées , nos discussions , et notre façon d’être. Heureux que nous ne soyons pas les seuls. Cela crée des liens, de la convivialité et brise bien des barrières. Alors je vous souhaite encore bien des découvertes culinaires qui par moment ne manqueront sûrement pas de piquant

Répondre à Hervé GROOS Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :